Archives de catégorie : thés noirs

Le thé à Myanmar

Myanmar (Ex-Birmanie, capitale: Naypiydaw – ainsi vous le saurez 😉 ) est un État d’Asie du Sud-Est continental voisin du Yunnan (Chine). Il se situe en plein centre de la zone originelle du thé. Le théier est principalement cultivé dans le Nord-Est du pays. Les États shan et kachin (éponymes des ethnies qui y demeurent) sont les premiers producteurs de cette République.

Certaines traces attestent de la consommation de thés étuvés et compressés à la mode Chinoise vers le XIe siècle. À cette époque la Birmanie, le Tibet et le Yunnan étaient réunis sous l’égide d’un même royaume. Ce thé était probablement cultivé et manufacturé dans le Yunnan. La culture du thé à Myanmar même ne débuterait que vers l’ère du Royame d’Ava (1364-1527) – même si le théier existait déjà à l’état sauvage dans les forêts birmanes. Aujourd’hui les processus de fabrication du thé se rapprochent de la fixation à chaleur sèche (qu’il soit traité en noir ou en vert) à la chinoise. La production du thé y demeure très artisanale, il y a peu de grandes factories et il n’est pas rare que les fermiers manufacturent le thé chez eux avec un équipement rudimentaire.

Aujourd’hui je vais découvrir deux thés (achetés chez Palais des Thés) en provenance de la montagne de Namhsan; l’un vert (Namhsan Kharchauk) l’autre noir (Namhsan Nichauk). Il s’agit de deux thés « frères » produits dans le même terroir mais traités différemment. C’est une grande première pour moi qui n’ai jamais goûté de thé de cette origine.

Namhsan Kharchauk (le vert)
Feuilles sèches: grandes feuilles foncées (plus brunes que vertes) torsadée. Odeur discrète végétal sec.
Infusions: Les feuilles toujours aussi sombre ont une odeur empyreumatique.
Liqueur: La saveur est acide (et légèrement sucrée), les notes: végétal sec, iodé, empyreumatique, silex, fruit jaune. La texture est souple et astringente.
Profil organoleptique: C’est un thé souple mais assez vif, cette impression est renforcée par des notes qui ne sont pas sans rappeler les mao cha du Yunnan.

Namhsan Nichauk (le noir)
Feuilles sèches: grands feuilles torsadées avec un fort parfum de fruit séchés.
Infusions: les feuilles toujours torsadées gardent se parfum fruité.
Liqueur: Saveur sucrée, notes: fruits séchés (pruneaux), bois sec, nuances cacao, épices douces et vanille. La texture est très ample et ronde.
Profil organoleptique: Un thé tout en rondeur et en gourmandise. Les notes d’épices douce et de fruits secs se superposent parfaitement à la texture ronde du thé.

Accord Dian Hong et fromage d’Orval

Les associations thés et fromages sont très à la mode, chaque enseigne y va de son petit accord. Il faut avouer que le rendu demeure réellement surprenant. Après avoir assisté à un certain nombre de formations/ soirées/ ateliers accords formages et thés, j’ai eu envie de commencer à créer les miens. Néanmoins il me semblait important d’un peu sortir des sentiers battus. La solution s’est très rapidement imposée à moi: la Belgique! Quand il est question de fromage, nous sommes presque immédiatement « assommés » d’A.O.P. françaises et d’intarissables litanies sur le savoir faire inhérent à ce même pays. Cependant, en Belgique nous avons également un certain talant en la matière. C’est pourquoi il m’a semblé bon d’axer mes dégustations sur les fromages du plat-pays-qui-est-le-mien.

L’accord d’aujourd’hui sera donc un fromage d’Orval et du Dian Hong. Continuer la lecture

Tanyang Gong Fu 坦洋工夫 – Nong Cha

Au programme d’aujourd’hui: nouveau thé et nouveau set à gong fu cha. Je vais tester un cru du Fujian que je n’ai encore jamais goûté au par avant. Cette province est  sans conteste la terre des thés blancs (Bai Mu Dan et Yin Zhen) et des Oolong (Yan Cha, Tie Guan Yin,…) mais qui a dit qu’on n’y faisait pas d’excellents thés noirs?

Continuer la lecture

Huping Shan Bi Luo Chun – Palais des Thés

Voici une petite curiosité dont il faut ABSOLUMENT que je vous parle : un Bi Luo Chun noir!!! Pour ceux qui ne connaissent pas bien leurs classiques, le Bi Luo Chun figure dans la liste des grands thés verts emblématiques chinois. Un peu comme les Long Jing, ils sont consommés en quantité industrielle dans toute la Chine. Les Bi Luo Chun sont connus pour leur forme un peu atypique en colimaçon, en escargot (bien que les plus grands crus de Bi Luo Chun se présentent souvent en torsades).

Lorsque j’ai vu la fiche de ce thé sur le site de Palais des Thés, j’ai été très interloqué et enthousiaste. J’avais lu quelques jours auparavant dans « L’empire du Thé » de Katrine Rougeventre que les chinois étaient entrain de revisiter leurs classiques thés verts en thés noirs: Long Jing, etc. Me disant que le hasard fait bien les choses, je me suis empressé d’aller m’en acheter ! Continuer la lecture

Darjeeling North Tukvar Delmas Bari Early Spring S.F.T.G.F.O.P.1 Pure Clonal – Palais des Thés

Cela fait quelques jours que l’on voit l’information fleurir un peu partout : « les premiers Darjeeling de printemps sont arrivés !« . Cette litanie annuelle marque le coup d’envoi de la « nouvelle année » dans le monde du thé. Cette période reste attendue avec impatience pour tous les amateurs de thés. La récolte du thé commence à Darjeeling dans l’Himalaya dès la première semaine de mars et se poursuit six semaines durant. C’est le premier endroit dans le monde – avant même la Chine et le Japon – où sont récoltés les feuilles et bourgeons tout neufs apparaissant après un long hiver. Pendant les mois d’hiver, le théier est laissé en dormance ; on n’y touche plus. Il peut ainsi prendre le temps de puiser dans le sol tous les nutriments nécessaires à la sécrétion d’huiles essentielles et autres composés aromatiques concentrés dans les bourgeons du théier. Ceci explique pourquoi les récoltes de printemps sont si attendues, prisées et onéreuses.
Ne sachant trop par quel Darjeeling inaugurer la saison, j’ai craqué sur le plus cher que propose Palais des Thés pour le moment. Cette enseigne est reconnue pour ses sélections de thés indiens. Je me retrouve donc avec quelques grammes d’un thé issu de North Tukvar: un de 87 jardins officiels qui composent Darjeeling. Celui-ci se situe tout au nord de la région, plus précisément dans la vallée de Darjeeling West. Fondé entre 1860 et 1864, ce jardin de basse altitude couvre une superficie de 516.98 hectares dont 218.70 réservés à la culture du thé. N’étant pas soumis aux contraintes des trop hautes altitudes, ses plantations peuvent être récoltées relativement tôt dans l’année (d’où le « Early Spring »). Ce lot a la particularité d’être issu de la parcelle éponyme de François-Xavier Delmas fondateur de Palais des Thés. Monsieur Delmas qui avait l’habitude de se fournir dans cette plantation s’est vu octroyer, le 18 mars 2006, l’honneur de planter le premier théier de cette parcelle Delmas Bari. Plutôt malin de la part du producteur G. Somani qui s’assure ainsi une place de choix tous les ans dans la gamme Palais des Thés. Continuer la lecture

Kanaya Midori de Mankichi Watanabe (thé noir japonais bio)

Le thé noir japonais ! Voici un sujet que je voulais aborder depuis un moment, mais que je repoussais tant ça peut se montrer particulier par moment. D’abord, il faut se rendre compte que ça n’est pas si commun que ça ! Au Japon, on produit 99 % d’O (de thé japonais, forcément vert); le pourcent restant représente des Oolong et des thés noirs appelés Kô Cha.
Sous l’ère Meiji (période historique allant de 1868 à 1912), le culture du thé connaissait une grande expansion et tendait sans cesse à se renouveler. C’est ainsi que Tada Motokichi fut envoyé en 1876 à Darjeeling afin d’observer la fabrication de thés oxydés. Premier japonais à mettre les pieds à Darjeeling, il rapporte dans ses valises des graines qui permettront de mettre au points le cultivar Benifuki (un hybride assamica) qui deviendra le principal utilisé aujourd’hui pour réaliser du thé noir au japon.

Celui que je vais vous présenter aujourd’hui est un Kanaya Midori produit sur l’île de Yakushima (préfecture de Kagoshima, région de Kyushu). Je me le suis procuré au Cha-Hu-Thé. Ce thé a la particularité de posséder un label bio. Continuer la lecture

Kenya Kangaita – Cha Hû Thé

Plus tôt je vous ai parlé d’un super thé noir africain que j’ai acheté au Cha Hû Thé de Waterlooo. Comme promis voici sa fiche de dégustation. C’est un thé que j’aime sortir les dimanche matin pour déjeuner avec une tartine de miel ou les jours de pluie pour me réchauffer.

L’étiquette nous  le décrit comme: « Thé noir d’Afrique en feuilles entières, goût corsé ». 2 à 4′ / 95°.

Je vais respecter les conseils (pour une fois): 4′ (j’aurais pu faire 5′) à 95°. 3g dans une théière 35cl. Continuer la lecture