Archives de catégorie : thés

Tamaryokucha Kamai-iri cha – Camélia Sinensis

Lorsqu’on me demande d’expliquer la différence entre un thé vert chinois et un thé vert japonais la réponse est simple et invariablement la même: « Les Chinois sont fixés à la chaleur sèche sur du métal chaud tandis quel es Japonais le sont à la vapeur d’eau ». Voici un thé qui vient confirmer la règle : le Kamai-iri cha!

On le sait bien, l’archipel nippon pullule de thés verts de types sencha (en aiguille). À côté de ceux-ci, existent quelques autres vérités dont – entre autres – le Tamaryokucha (Le thé en boule : tama-(boule), ryoku(boisson verte) et évidemment cha-(thé) ).
Ce que parfois, on ignore, c’est qu’il existe deux types de Tamaryokucha: l’un traité à la vapeur de façon « ordinaire » au Japon : le Guricha et l’autre séché à sec au wok: le Kamai-iri cha. Aujourd’hui, nous allons un peu nous attarder sur cette petite exception à la règle japonaise. Continuer la lecture

Tanyang Gong Fu 坦洋工夫 – Nong Cha

Au programme d’aujourd’hui: nouveau thé et nouveau set à gong fu cha. Je vais tester un cru du Fujian que je n’ai encore jamais goûté au par avant. Cette province est  sans conteste la terre des thés blancs (Bai Mu Dan et Yin Zhen) et des Oolong (Yan Cha, Tie Guan Yin,…) mais qui a dit qu’on n’y faisait pas d’excellents thés noirs?

Continuer la lecture

Comparaison Long Jing de printemps 2017

Je l’avais annoncé juste avant Noël et vous êtes nombreux à m’en reparler, à me le réclamer: le grand jour de la dégustation est arrivé! Aujourd’hui, je vais tester concomitamment (ou presque) trois Long Jing de printemps 2017.

  • Le premier nous vient de la maison de thé Terre des Thés. Le sachet nous indique qu’il est récolté dans la région de Hangzhou au printemps 2017
  • le second a été commandé chez Mei Leaf à Londres. Récolté au printemps 2017 (avant qingming selon la boîte), la localisation est plus vague « Zhejiang » mais nous avons une altitude: « 600m ». On précise également le cultivar: Long Jing 43
  • La troisième a été acheté chez Nong Cha à Bruxelles. Il a été récolté avant Qingming dans la région de Xi Hu.
    • Jusqu’à présent – bien qu’avec un descriptif plus succins – Nong Cha est le plus complet sur la zone et la chronologie de récolte; manque peut être une indication sur le cultivar.

Continuer la lecture

Tie Luo Han et nouveau Gaïwan

Aujourd’hui, premier jour de congé bien mérité après une looongue période de fêtes et donc de travail acharné! Je peux enfin profiter des quelques présents reçus pour Noël. Je me préparer une tea session avec mon tout nouveau gaïwan-poisson en porcelaine blanche et bleue et quelques grammes de Tie Luo Han de Yunnan Surcing.

Pour cette fois, pas de fiche détaillée sur ce qu’est le Tie Luo Han. C’est jour de repos: je me fais juste un gong fu cha pour me faire plaisir. Je me contenterai juste de dire que le Tie Luo Han (ou Arhat de fer/ bouddha en fer/ Puissance de bouddha) est un des Si Da Ming Cong: un des quatre grands thés des rochers de Wu Yi.

Celui-ci a été récolté en mai 2016 et a fini d’être torréfié en août de la même année. Continuer la lecture

Long Jing, Puits du Dragon, 龙井茶 – Généralités

 

Je voulais faire une petite mise au point sur ce qui est probablement le thé vert le plus connu au monde: le Long Jing. D’ici quelques jours, je vais consacrer un article à la comparaison de trois Long Jing proposés par trois enseignes différentes. Avant tout ça, il me semblait primordial de planter de le décore en rappelant quelques généralité sur ce thé de renom.

Continuer la lecture

Diamant Vert – Goutte de Thé (ou prétexte à parler de Guizhou)

Aujourd’hui, je vais tester un thé d’un site web que je ne connais pas: Goutte de thé. C’est la toute première fois que je vais boire quelque chose qui vient de chez eux; j’espère ne pas être déçu. J’avais le choix entre deux thés: soit un Yun Wu, soit un « diamant vert ». Les Yun Wu c’est connu, on en entend souvent parler mais le diamant vert ça ne me dit rien, c’est inconnu au bataillon. J’ai donc opté pour celui-là.

Mon premier réflexe est de regarder ce qu’on en dit sur le site internet de Goutte de Thé. Il y est décrit comme étant un thé vert issu d’un jardin bio de la province de Guizhou. Créé par un certain Monsieur Mou, ce thé n’était – à l’origine – pas destiné à devenir un grand cru car son processus de fabrication n’entrait pas dans les critères très stricts imposés par la Chine (: un bourgeon et une seule feuille). Cependant, après des année de travaille, d’essais et corrections, il s’impose avec son bourgeon et deux à trois feuilles comme l’un des meilleurs crus de Guizhou et reçoit plusieurs prix. Voici ce qu’on nous en dit, ni plus ni moins. J’ai essayé de remonter l’info de diverses façons mais avec peu ou prou de succès. Les autres blogs similaires à celui qui à le plaisir de vous offrir cette lecture 😉 relaient tous les mêmes informations en précisant la période de récolte: le printemps et l’altitude : 1000m. Adepte des dénominations chinoises, des cultivars et géographies précises; je reste sur ma faim. En fouinant encore un peu sur le net, je fini par trouver que c’est un Zhu Cha (un thé en perles: ça je l’aurais bien dit tout seul) qu’on peut appeler Lü Bao Shi. Je ne parviens pas à aller plus loin pour le moment… Continuer la lecture

Silver Needle (Bai Hao Yin Zhen) – Mei Leaf

Aujourd’hui, j’ai pris froid: nez encombré, gorge qui chatouille; les plaisirs de l’hiver en somme. Dans ce genre de cas de figure, il y a deux choses qui fonctionnent: le chaï au miel ou le thé blanc. J’aurais pu faire un article sur le chaï, j’aurais pu… mais c’était moins pro’. Ainsi donc, aujourd’hui nous allons parler thé blanc. Pour les généralités sur le sujet, je vous renvoie à mon précédent article: https://tea-experience.be/2017/02/10/les-thes-blanc-generalites/

Petit zoom sur les Silver Needle ou Aiguilles d’Argent ou YinZhen 银针: ce sont des thés relativement récents. Pour la première fois en 1796, on collecte les bourgeons de la toute première récolte du printemps. Ceux-ci sont bien plus petits et verts qu’aujourd’hui. Il faut attendre 1857 pour que le cultivar Da Bai 大白(celui qui est généralement aujourd’hui utilisé pour la confection de thés blanc) soit utilisé. Ce dernier est connu pour produire de gros bourgeons à duvet blanc. Sa culture est alors exclusive à la province du Fujian, à Fuding plus précisément. Les Aiguilles d’Argent, sous leur forme actuelle apparaissent sous la dynastie Qing (1875). Continuer la lecture

Baijiguan – Crête de coq blanche – 白鸡冠

 J’en ai déjà parlé lors de mon interview avec Un thé en vrac: mes thés favoris sont les yancha, les thés des rochers. Les Monts WuYi produisent, à mon sens, les meilleurs Oolong du monde. Aussi, lorsque mes amis souhaitent me faire plaisir, ils m’offrent un de ces thés. Pour mon anniversaire, j’ai reçu une merveilleuse boîte tout droit rammenée de Chine renferme quelques précieux petits sachets de Baijiguan. Il fallait que j’en fasse la dégustation avec vous!
Continuer la lecture