Le thé à Myanmar

Myanmar (Ex-Birmanie, capitale: Naypiydaw – ainsi vous le saurez 😉 ) est un État d’Asie du Sud-Est continental voisin du Yunnan (Chine). Il se situe en plein centre de la zone originelle du thé. Le théier est principalement cultivé dans le Nord-Est du pays. Les États shan et kachin (éponymes des ethnies qui y demeurent) sont les premiers producteurs de cette République.

Certaines traces attestent de la consommation de thés étuvés et compressés à la mode Chinoise vers le XIe siècle. À cette époque la Birmanie, le Tibet et le Yunnan étaient réunis sous l’égide d’un même royaume. Ce thé était probablement cultivé et manufacturé dans le Yunnan. La culture du thé à Myanmar même ne débuterait que vers l’ère du Royame d’Ava (1364-1527) – même si le théier existait déjà à l’état sauvage dans les forêts birmanes. Aujourd’hui les processus de fabrication du thé se rapprochent de la fixation à chaleur sèche (qu’il soit traité en noir ou en vert) à la chinoise. La production du thé y demeure très artisanale, il y a peu de grandes factories et il n’est pas rare que les fermiers manufacturent le thé chez eux avec un équipement rudimentaire.

Aujourd’hui je vais découvrir deux thés (achetés chez Palais des Thés) en provenance de la montagne de Namhsan; l’un vert (Namhsan Kharchauk) l’autre noir (Namhsan Nichauk). Il s’agit de deux thés « frères » produits dans le même terroir mais traités différemment. C’est une grande première pour moi qui n’ai jamais goûté de thé de cette origine.

Namhsan Kharchauk (le vert)
Feuilles sèches: grandes feuilles foncées (plus brunes que vertes) torsadée. Odeur discrète végétal sec.
Infusions: Les feuilles toujours aussi sombre ont une odeur empyreumatique.
Liqueur: La saveur est acide (et légèrement sucrée), les notes: végétal sec, iodé, empyreumatique, silex, fruit jaune. La texture est souple et astringente.
Profil organoleptique: C’est un thé souple mais assez vif, cette impression est renforcée par des notes qui ne sont pas sans rappeler les mao cha du Yunnan.

Namhsan Nichauk (le noir)
Feuilles sèches: grands feuilles torsadées avec un fort parfum de fruit séchés.
Infusions: les feuilles toujours torsadées gardent se parfum fruité.
Liqueur: Saveur sucrée, notes: fruits séchés (pruneaux), bois sec, nuances cacao, épices douces et vanille. La texture est très ample et ronde.
Profil organoleptique: Un thé tout en rondeur et en gourmandise. Les notes d’épices douce et de fruits secs se superposent parfaitement à la texture ronde du thé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *