Jiangxi au cœur du triangle d’or du thé vert chinois

Lorsqu’il est question du thé, Jiangxi est une province dont on ne parle que peu en comparaison à l’Anhui, le Fujian ou le Zhejiang.  Produisant certains des plus beaux thés verts de Chine, elle n’a pourtant rien à envier à ses voisines.

Située dans la zone dite au sud du long fleuve (Jiangnan chaqu); Jiangxi peut se traduire par « à l’ouest du fleuve ». Province d’eau et de montagnes, les paysages y sont à couper le souffle. Cet espace géographique est ceinturé par le massif montagneux de Nanling au sud, du Wuyi à l’est et les Dabieshan au nord. Tout le nord est occupé par la pleine lacustre du Lac Poyang. Celle-ci est arrosée par la rivière Gan et le Fleuve Chang Jiang. Le sud est quant à lui recouvert de reliefs de basses altitudes. Son climat humide enrichit le sol et sied à une végétation verdoyante. Les conditions sont propices à l’agriculture du riz, du coton, du colza, de l’anis étoilée et évidement du thé.

Il y à Jiangxi des zones exceptionnelles comme la préfecture de Shangrao. Celle-ci se trouve au cœur d’un parc naturel classé au patrimoine naturel de l’humanité par l’UNESCO recouvrant la chaine des monts Sanqing englobant elle-même des montagnes aux noms qui font rêver: les Wuyishan et les Huangshan.

Ces dernière décennies ont vu l’émergence d’une nouvelle zone d’influence pour le thé vert en Chine. L’espace délimité entre les comtés (ou Xian) de Wuyuan dans le Jiangxi, Kaihua dans le Zhejiang et de Xiuling dans le Fujian constitue un terroir fertile à la production du thé vert. Le jardins compris dans cet espace assure la production d’une grande partie des thés verts destiné à la consommation interne de la Chine mais aussi à l’exportation. L’essor de la région est telle qu’elle est appelée « le nouveau triange d’or du thé vert ». Cette appellation est une référence au triangle d’or qui reliait le Laos, La Birmanie et la Thaïlande (en incluant des zones du Vietnam et du sud de la Chine) bien connu pour la production d’opium.

Ce nouveau triangle d’or est également reconnu pour son savoir-faire en matière de production de thés issus de l’agriculture biologique. Il y a au nord-est de Jiangxi un terroir incontournable: les Dazhangshan.

En 1997, les agriculteurs des sept villages de Da Zhang Shan se sont réunis afin de créer l’association « Dazhangshan Organic Farmer ». Ils se sont réparti les plus de 600 ha. de terres qu’ils avaient obtenues lors de la privatisation des années 80 en 14 600 parcelles à taille humaine. Après avoir convaincu les autorités locales d’assurer la préservation de l’environnement naturel de la région au détriment du développement; il obtiennent du Gouvernement le droit d’exporter du thé certifié bio.

En 2001, ces fermiers rejoignent le commerce équitable en assurant aux travailleurs une rémunération supérieure à la moyenne générale dans la production du thé.

 

Voici une liste non exhaustive de thés issu de ce terroirs:

Dazhangshan cha (大鄣山差 – thé du mont Dazhang)

Wuyuan mingmei ( 婺源名眉 – célèbre sourcils de Wuyuan)

Wuyuan Yuncui (婺源云翠 – Nuage d’émeraude de Wuyuan)

Wuyuan Xianzhi ( 婺源仙芝- Champignon céleste de Wuyuan)

Shangrao baimei ( 上饶白眉 – Sourcil blanc de Shangrao )

Lushan Yunwu ( 庐山云雾 –  Nuage et brume de Lushan)

Gougunao cha ( 狗牯脑茶 – Thé du Mont de la tête de chien)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *