Tie Luo Han et nouveau Gaïwan

Aujourd’hui, premier jour de congé bien mérité après une looongue période de fêtes et donc de travail acharné! Je peux enfin profiter des quelques présents reçus pour Noël. Je me préparer une tea session avec mon tout nouveau gaïwan-poisson en porcelaine blanche et bleue et quelques grammes de Tie Luo Han de Yunnan Surcing.

Pour cette fois, pas de fiche détaillée sur ce qu’est le Tie Luo Han. C’est jour de repos: je me fais juste un gong fu cha pour me faire plaisir. Je me contenterai juste de dire que le Tie Luo Han (ou Arhat de fer/ bouddha en fer/ Puissance de bouddha) est un des Si Da Ming Cong: un des quatre grands thés des rochers de Wu Yi.

Celui-ci a été récolté en mai 2016 et a fini d’être torréfié en août de la même année.

 

Feuilles sèches: Belles grandes feuilles très sombres (noir, parfois vert profond), pliées/torsadées sur elle-mêmes vers l’intérieur. L’odeur est boisée et pyrogènée. Il y a quelque chose de fruit cuit, un peu brûlé, un peu biscuité et une légère pointe florale.

Infusion:Les feuilles s’ouvrent très doucement. Elles ont pris une teinte verte foncées. Odeur: fruits d’automnes (poire, prune mais un peu maturées), végétal, floral et métallique (le pyrogèné à disparu)

Liqueur: la couleur est jaune/or-pâle; légèrement trouble. La saveur est sucrée, les notes fruits frais (poire, prune, pêche, nectarine) mais aussi fruits compotés, empyreumatiques, florale (orchidée), feuilles mortes, vanillé, nectar, métallique. La texture est souple et soyeuse.

Profil organoleptique: La première infusion est réellement impressionnante! On dirait des poires pochées/fumées. Passé la troisième infusion, le roasted (pyrogèné)/ empyreumatique (fumé) disparait pour laisser place à quelque chose de très fruité et sucré comme du nectar de fruit. On est sur un thé à deux visage: le premier intense, surprenant et complexe comme un plat de haute gastronomie; le second rond, sucré, gourmand. Ce qui est particulier c’est que l’évolution se fait sur les notes; la saveur et la texture ne change pas, on reste dans le même registre, seule l’intensité varie. Il y a également une très longue présence métallique (fer) en bouche ce qui me fait dire qu’il porte bien son nom!

Bilan: C’est un EXCELLENT thé; un yan cha digne de ce nom. Ça faisait bien longtemps qu’un thé ne n’avait pas surpris de la sorte et ce dès la première gorgée. Il est vraiment là où on ne l’attend pas! C’est un 10/10.

Pour retrouver ce thé c’est  ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *