Diamant Vert – Goutte de Thé (ou prétexte à parler de Guizhou)

Aujourd’hui, je vais tester un thé d’un site web que je ne connais pas: Goutte de thé. C’est la toute première fois que je vais boire quelque chose qui vient de chez eux; j’espère ne pas être déçu. J’avais le choix entre deux thés: soit un Yun Wu, soit un « diamant vert ». Les Yun Wu c’est connu, on en entend souvent parler mais le diamant vert ça ne me dit rien, c’est inconnu au bataillon. J’ai donc opté pour celui-là.

Mon premier réflexe est de regarder ce qu’on en dit sur le site internet de Goutte de Thé. Il y est décrit comme étant un thé vert issu d’un jardin bio de la province de Guizhou. Créé par un certain Monsieur Mou, ce thé n’était – à l’origine – pas destiné à devenir un grand cru car son processus de fabrication n’entrait pas dans les critères très stricts imposés par la Chine (: un bourgeon et une seule feuille). Cependant, après des année de travaille, d’essais et corrections, il s’impose avec son bourgeon et deux à trois feuilles comme l’un des meilleurs crus de Guizhou et reçoit plusieurs prix. Voici ce qu’on nous en dit, ni plus ni moins. J’ai essayé de remonter l’info de diverses façons mais avec peu ou prou de succès. Les autres blogs similaires à celui qui à le plaisir de vous offrir cette lecture 😉 relaient tous les mêmes informations en précisant la période de récolte: le printemps et l’altitude : 1000m. Adepte des dénominations chinoises, des cultivars et géographies précises; je reste sur ma faim. En fouinant encore un peu sur le net, je fini par trouver que c’est un Zhu Cha (un thé en perles: ça je l’aurais bien dit tout seul) qu’on peut appeler Lü Bao Shi. Je ne parviens pas à aller plus loin pour le moment…

Qu’à cela ne tienne, c’est l’occasion de parler de Guizhou; je ne l’avais encore jamais fait! Guizhou est une province du sud de la Chine attenante au Yunnan. Très pauvre pendant très longtemps, c’est aujourd’hui – après le Yunnan lui-même – la province à la plus grande superficie de théiculture en Chine. C’est un plateau ou des montagnes battues par la pluie et le vent oscillent entre 1000 et 1600m. La province demeure difficilement accessible ce qui en fait une zone naturelle encore peu affectée par la main de l’homme. Entre pics montagneux et cours d’eau, le feng shui domine. Cette immense « réserve naturelle » abrite pas loin de 80 ethnies qui y cohabitent en cultivant riz et thé. Guizhou est une terre aux thés verts de renom: Duyun Maojian, Guiding Yunwu, Zunyi Maofeng, Meitan Cuiya, Fenggang Fuxi Cha, Fanjing Cuifeng, …

Revenons-en à notre diamant vert (ou Lu bao shi (ça passe déjà mieux écrit comme ça)). Le site de Goutte de thé nous propose de le préparer selon la façon suivante: 5g/25cl, 85° et des infusions successives de 60″, 30″ et 60″. Mis à part la température une peu haute pour un thé de printemps ça me semble cohérent. Je vais donc sortir ma théière en verre 25cl, y mettre le grammage indiqué et infuser le thé au timing prescrit mais avec une eau à 70°.

Feuilles sèches: Ce sont de très belles perles vertes roulées avec soin. On peut déjà voir les bourgeons blanc et duveteux. L’odeur est végétale-légume et pyrogènée.

Infusion: À la première infusion, les feuilles ne sont pas encore très ouvertes. L’odeur est légume cuit: haricot, courgette. Les feuilles ont une belle teinte verte claire par endroit et foncée à d’autres. Après la deuxième infusion, les feuilles se sont ouvertes pour laisser apparaitre de beaux rameaux avec un bourgeons et trois feuilles entières et délicates.

 

Liqueur: Sa couleur est jaune pâle; son odeur très faible comme une l’eau de cuisson de légumes. la saveur est sucrée sans amertume et sans acidité. les notes: légume courgette, minérale, florale – fleurs blanches (cette note est plus présente sur la deuxième infusion) et fraiche. La texture quant à elle est lisse et soyeuse.

Profil organoleptique:
C’est un thé tout en délicatesse. la saveur est sucrée juste ce qu’il faut sans excès; ce qui accompagne bien les notes florales du thé. Les notes légume et minérale assurent une une certaine longueur en bouche qui n’est pas désagréable. La finesse des notes et de la saveur s’accorde avec celle de la texture.

Bilan: C’est un bon thé, surtout pour un thé bio. Ceux-ci sont souvent un peu trop rêches à mon goût. Il est fin et subtile. On prend plaisir à le boire sans qu’on ne s’en lasse trop vite. Nous déplorerons tout de même sa trop grande simplicité. À mon sens, trois ou quatre notes timides c’est un peu limite pour une thé de printemps; d’autant plus qu’il n’y a ni surprise dans celles-ci, ni dans la texture (on aurait pu la souhaiter plus huileuse). Ça pourrait faire un bon thé du quotidien mais je ne suis pas sûr qu’il vaille la présentation en grande pompe qu’on lui donne sur le site internet et son prix: presque 18€ pour 100g ça me semble exagéré, je n’en donnerais que la moitié. Je lui accorde un timide 6.5/10.

Si vous souhaitez retrouver ce thé, c’est ici

Un commentaire

  1. Merci pour cette découverte ! Je ne connaissais pas du tout et ça me donne bien envie de le tester 🙂
    Je viens de découvrir ce blog et je vais certainement en lire un peu plus ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *