Bonne Fête de la Lune!

Aujourd’hui, 4 octobre, c’est la fête de la lune! Appelée également fête de la mi-automne ou Zhongqiujie cette fête tombe tous les 15ème jour du 8ème mois du calendrier lunaire. Ce soir, la lune aura tous les superlatifs: plus ronde, plus grande, plus brillante! Dans la tradition chinoise, la pleine lune évoque l’union familiale; c’est pourquoi ce jours est également appelé: jour de la réunion.

Comme toutes les fêtes, celle-ci est couplée à une histoire. La légende raconte qu’il y a fort longtemps dix soleils gravitaient autour de notre planète pour l’éclairer chacun à tour de rôle. Un jour, les dix astres voulurent briller en même temps créant un chaos sans précédant: les mers se mirent à bouillir, les champs à se décher. La Terre fut sauvée par Hou Yin, un jeune archer fort habile qui décocha neuf des soleils, n’en laissant plus qu’un dans le ciel. Fort de cet exploit, devient roi mais le pouvoir ne lui réussi pas. Très vite, il se mit à se comporter en tyran. Un jour, il vola l’Élixir de Longue Vie à la Reine-Mère Céleste dans l’espoir de pouvoir régner éternellement. Heureusement, sa femme, Chang’e, s’empara de la fiole et la bût d’une traite pour protéger l’empire de la tyrannie de Hou Yin. Après cela, le corps de Chang’e devient si léger qu’elle s’envola jusqu’à la lune pour y rester à jamais. Hou Yin qui malgré tout aimait sa femme, ne lui décocha jamais de flèche. La légende dit que les soirs de fête de la mi-automne, on peut apercevoir Chang’e dans son palais sur la lune.

Pour la fête de la Lune, il est de coutume de manger des gâteaux… de lune (yuebing)! Les premières mentions y sont faites sous la dynastie Tang (618-907) mais ce n’est que sous les Song (960-1279) qu’ils deviennent réellement populaires.
Sous la dynastie mongole de Yuan, subsistaient partout dans l’empire des poches de résistance au pouvoir en place qui conspiraient contre l’envahisseur mongol. La fête de la lune approchant, le chef des rebelles eut l’idée de demander à ce que des messages avec des plans d’attaque soient cachés dans ces gâteaux. La nuit de la fête de la lune venue, les attaques surprises combinées des rebelles permirent de renverser les forces de l’empereur mongol. Ainsi naquit la dynastie Ming.

Il existe toutes sorte de yuebing. Cela varie des régions dont ils sont originaires: à Xuzhou, ils sont composés de pâte feuilletée fourrée de cinq graines ou de pâte de haricot rouge. À Pékin, il est préparé à l’huile de Colza et farci de fruits secs alors que dans le Guangdong ils seront plus travaillés, plus élégants avec une fine couche de pâte colorée et fourré avec de la noix de coco, de la pâte de lotus, … Il peut également en exister des salé à la viande. Il est courant de trouver au cœur de ceux-ci un jaune d’œuf qui symbolise la lune.

Et quid du thé alors?
Puisqu’il est question de manger des gâteaux, il faut les accompagner d’une boisson adaptée. Quoi de mieux qu’un bon thé chinois? Pour créer l’accord avec les yuebing, il n’y a pas réellement de règle. Généralement, chaque région associera à ses gâteaux de lune le thé local. Dans le nord, ça sera un bon thé parfumé au fleurs; dans le Guangdong, on préfèrera un Oolong et dans le Yunnan un Pu erh.
À mon sens, on peut sélectionner son thé en fonction du type de gâteau. Aujourd’hui, j’ai choisi un gâteau de lune fourré à la pâte de haricot rouge, la pâte est assez dense et riche. Afin que ce dessert ne me tombe pas trop lourd sur l’estomac je l’accompagne d’un tuo cha miniature (un pu erh compressé). Les Pu erh accompagneront parfaitement les yuebing à la viande, tout comme un thé noir du Yunnan (dian hong). Pour les gâteau du Guangdong, à la pâte plus fine, plus colorée et aux garniture plus raffinée, il vaut mieux envisager un thé plus fin comme des Perles de Jasmin ou un Mao Feng.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *