Meng Ding Huang Ya – Dammann Frères

Le moment est venu de débriefer le second thé jaune que j’ai teste avec B.; il s’agit du Meng Ding Huang Ya de Damman Frères. Celui-ci vient (normalement) du Sichuan et fait bien parti de la liste des trois thés jaunes officiels chinois (si ça n’était pas le cas, je ne le présenterais même pas ici…). Poussant sur les sommets brumeux ces thés sont connu depuis la dynastie Tang (VIIe siècle); ils étaient alors tribu de l’empereur, et ce, jusqu’à la dynastie Qing. Ces thés sont réputés plus sucrés et moins acides que les thés verts chinois. Ils ont la réputation d’être le résultat du travail d’un tout petit nombre d’artisans seuls capable de les réaliser. Nous allons tester cela :

Les conseils d’infusion sont les suivants : infusion 3/4 minutes dans de l’eau à 80°. Par soucis d’objectivité, nous avons préféré reproduit le mode d’infusion suivi lors de la dégustation du Huo Shan: nous avons procédé à quatre infusions : 4g de thé pour le gaïwan, l’eau à 70° et pour les temps : 30″-40″-50″ et 60″

Feuilles sèches :
À la vue des feuilles, je pense qu’on doit être sur le troisième grade: Huang Da Cha: des grandes feuilles (basse sur le théier) 1 bourgeon + 2 à 5 feuilles. Au visuel, le ce thé est moins engageant que le premier que nous avons goûté: les feuilles sont moins belles, moins riches en bourgeons et elles ne sont pas vraiment jaunes. La couleur est vert foncé voir brunâtre. L’odeur est pyrogénée, mie de pain et fruit sec.

Infusion: Les feuilles sont redevenue très vert et leur parfum est végétal sec.

Liqueur: Les saveurs sont sucré/ acide puis amer en fin de bouche. Les notes: fruité, noix fraiche, pyrogèné, végétal, légume et grain de café. La texture est veloutée avec une astringence.
Profil organoleptique :
Au début, la saveur sucrée me mêle bien aux notes fruitées, puis arrive très vite toute la famille des notes pyrogénées et l’acidité. Celles-ci restent très longtemps en bouche, c’est ce qu’on retient de ce thé. Tout en fin, on a l’amertume et l’astringence.

Bilan :
C’est un bon thé mais est-ce vraiment un bon thé jaune? Je ne sui qu‘à demi convaincu. S’il avait été qualifié de thé vert, je me serais dit : « pourquoi pas » mais ici, j’ai du mal à retrouver les caractéristiques d’un bon thé jaune : il n’y a pas un pôle fruité très marqué (signe d’une post-fermentation), pas énormément de sucre dans les saveurs. Je trouve tout ceci fort fort pygèné: l’éventail des notes n’est pas très ouvert. Tout ceci me conforte dans l’idée que si c’est effectivement un thé jaune. C’est alors bien le dernier grade, celui où les feuilles sont moins chargées en composés aromatiques. Je donnerai un 6/10 à ce thé.

Retrouvé ce thé ici: http://www.dammann.fr/fr/the-de-chine-meng-ding-huang-ya.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *