Darjeeling North Tukvar Delmas Bari Early Spring S.F.T.G.F.O.P.1 Pure Clonal – Palais des Thés

Cela fait quelques jours que l’on voit l’information fleurir un peu partout : « les premiers Darjeeling de printemps sont arrivés !« . Cette litanie annuelle marque le coup d’envoi de la « nouvelle année » dans le monde du thé. Cette période reste attendue avec impatience pour tous les amateurs de thés. La récolte du thé commence à Darjeeling dans l’Himalaya dès la première semaine de mars et se poursuit six semaines durant. C’est le premier endroit dans le monde – avant même la Chine et le Japon – où sont récoltés les feuilles et bourgeons tout neufs apparaissant après un long hiver. Pendant les mois d’hiver, le théier est laissé en dormance ; on n’y touche plus. Il peut ainsi prendre le temps de puiser dans le sol tous les nutriments nécessaires à la sécrétion d’huiles essentielles et autres composés aromatiques concentrés dans les bourgeons du théier. Ceci explique pourquoi les récoltes de printemps sont si attendues, prisées et onéreuses.
Ne sachant trop par quel Darjeeling inaugurer la saison, j’ai craqué sur le plus cher que propose Palais des Thés pour le moment. Cette enseigne est reconnue pour ses sélections de thés indiens. Je me retrouve donc avec quelques grammes d’un thé issu de North Tukvar: un de 87 jardins officiels qui composent Darjeeling. Celui-ci se situe tout au nord de la région, plus précisément dans la vallée de Darjeeling West. Fondé entre 1860 et 1864, ce jardin de basse altitude couvre une superficie de 516.98 hectares dont 218.70 réservés à la culture du thé. N’étant pas soumis aux contraintes des trop hautes altitudes, ses plantations peuvent être récoltées relativement tôt dans l’année (d’où le « Early Spring »). Ce lot a la particularité d’être issu de la parcelle éponyme de François-Xavier Delmas fondateur de Palais des Thés. Monsieur Delmas qui avait l’habitude de se fournir dans cette plantation s’est vu octroyer, le 18 mars 2006, l’honneur de planter le premier théier de cette parcelle Delmas Bari. Plutôt malin de la part du producteur G. Somani qui s’assure ainsi une place de choix tous les ans dans la gamme Palais des Thés.

Il faut savoir que deux types de Darjeeling de printemps existent : les Darjeeling à l’ancienne et les « nouvelle génération » (ou clonaux – obtenu par bouturages et croisements). Ici, nous sommes sur un « pure clonal« , donc un Darjeeling nouvelle génération. Je n’ai pas encore pu trouver de confirmation ferme à ce sujet, mais je suis pratiquement certain qu’il s’agit d’un cultivar AV2 (Ambari Vegetative 2); le préféré de François-Xavier Delmas. Ces cultivars clonaux sont connus pour leurs arômes floral, rose, herbe coupée, zesté et brioché (par opposition aux Darjeeling à l’ancienne plus végétaux, camphrés et corsé).

Il n’y a pas cent cinquante façons de préparer un Darjeeling de printemps : soit le set à déguster occidental, soit une théière en porcelaine de petite contenance (50cl max.). J’opte pour la deuxième solution : 3.5g pour 0.35cl d’eau à 80° et infusion de 3’45 » comme sur l’étiquette.

Feuilles sèches:
Feuilles vertes et riches en bourgeons, très peu manipulées. L’odeur fait pensée à du foin ou à de la paille, il y a aussi quelque chose de sucré.

Infusion:
Les feuilles infusées sont vertes et dégagent un forte odeur de fleurs fraiches, de rose mais aussi des notes plus gourmandes et épicées.

Liqueur :
Couleur or pâle. Les saveurs sont sucrées et acidulées. Les notes sont : fleurs lourdes et roses, fruitées, fruits mures et sucrée, amande, vanillé, brioche, végétal-légume. La texture est très onctueuse.

 

Profil organoleptique :
L’équilibre entre les saveurs, les notes et les textures est absolument parfait. Ce thé n’est qu’harmonie. La légèreté et la suavité des notes florale qui glisse sur quelque chose de brioche à la fleur d’oranger avec une saveur sucrée et un texture moelleuse à souhait. Une belle longueur en bouche qui prolonge ce moment de gourmandise. J’ai vraiment eu l’impression de manger un petit muffin.

Bilan :
Je vous assure que j’ai eut peur quand j‘ai pris ce thé! À 58€ les 100g, était-ce réellement un cru exceptionnel ou était-ce le prix du nom « Delmas Bari »? (l’an passé, ce même thé n’était que dans les 35 €). Finalement, je ne regrette rien ! Il est excellent ! Généralement, les premiers Darjeeling ne sont pas forcément les meilleurs, mais celui-ci fait mentir cet adage en devenir. Il vaut largement son prix. Ce North Tukvar est à la hauteur de tout ce qu’on peut espérer d’un Darjeeling de printemps. Je lui octroie un 9/10.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *