La fête de Qingming et le thé

Aujourd’hui 4 avril, les chinois célèbrent Qingming. Cette fête est également très attendue dans le monde du thé, c’est la promesse de la (re)découverte de grands crus de belle qualité, des thés d’exceptions qui ne sont récoltés et vendus qu’à un moment très précis de l’année et parfois à prix d’or!

Qu’est ce que Qingming?
Qingming c’est une vielle histoire. Tout commence il y a environs 2500 ans sous la dynastie Zhou. À l’origine, le but de cette célébration était pour l’Empereur et ses plus hauts dignitaires de démontrer le pouvoir de l’Empire en organisant des célébrations extravagantes et ostentatoirement couteuses en l’honneur de leur ancêtres. Ce n’est qu’en 723 que l’Empereur Xuanzong de la dynastie Tang rendi plus populaire cette pratique en demandant à ce qu’on se concentre sur le nettoyage des tombes et quelques offrandes formelles.
Qingming où « jour de nettoyage des tombes » ou encore « pureté de l’air et lumière » est une fête qui pourrait être comparée à la Toussaint chez nous. C’est aussi l’occasion en Chine de sortir et commencer à profiter du printemps en prenant le temps d’observer les arbres en fleurs et le retour de la végétation.
Dans la tradition chinoise c’est un des jour les plus important de l’année; se rendre sur les tombes des défunts est une façon d’honorer ses ancêtres. Après avoir balayé la tombe, on va procéder à une série d’offrandes: nourriture, de faux billet de papier qui représentent de l’argent, de l’encens qu’on fait brûler mais également on réaliser des libations avec du thé!
Outre le balayage des tombes, d’autre activités sont pratiquées: la sortie du printemps, le vol de cerf-volant (pour attirer la chance et faire fuir la maladie), l’accrochage de branches de saule au dessus des portes (celles-ci auront pour fonction d’éloigner les mauvais esprits), ainsi que diverses activités sportives.
Durant Qingming, il est interdit d’allumer le feu pour cuisiner. C’est pourquoi le jour avant la célébration on prépare quantité d’aliments à consommer froid: boules de riz vertes sucrées; porridge de fleurs de pêchers, gâteaux croustillants, des escargots et des œufs.

 

Les récoltes de thé pré-Qingming:
Nous l’aurons à présent compris: Qingming est une des grande date du calendrier chinois! Aussi, quantité de choses en corrélation avec cette fête se retrouvent entourées d’une aura un peu « spéciale ». Il en va de même pour le thé. Tous les thés récoltés avant cette date sont particulièrement prestigieux en raison de l’extrême finesse de leur récolte et de la minuscule quantité qui en sont issues. Souvent, ces thés sont vendus aux enchères à des prix pharaoniques. Qingming marque de début de la récoltes des primeurs chinois.

Quelques exemples de thés récoltés avant Qingming:

Le Long Jing pré-Qingming:
Les feuilles de ce magnifique thé vert imitent à la perfection des jeunes pousses ou des « paupière de Bouddha ». Le thé récolté les trois premiers jours ne sera jamais vendu mais offert au hauts dignitaires de pays. Les plants le plus célèbre de Long Jing sont les 18 théiers de l’empereur poussant sur le mont Shi Feng (le Pic du Lion) dans le Zhejiang. C’est une thé qui se démarque par un équilibre des saveurs presque parfait avec des notes de légumes (courgette, cœur d’artichaut), iodées et réglissées.

L’Anji Bai Cha:
C’est un thé avec une histoire originale. Bien que « Bai Cha » veuille dire « thé blanc », il s’agit d’un thé vert. Un ancien ouvrage: « Traité sur le magnifique spectacle du thé » le décrit comme le thé favori de l’empereur Huizong de la dynastie Song. Mais ce thé légendaire a été perdu dans les méandre des siècles jusqu’à ne devenir plus qu’un mythe. En 1980 furent découverts dans le compté d’Anji dans le Zhejiang des théiers produisant de magnifique bourgeons blancs. Pour rendre vie à la légende, on décida de donner à ce thé le nom d’Anji Bai Cha. C’est un thé aux notes végétales type herbe coupée, tige, légumes cuit mais aussi minéral.

Le Jin Jun Mei:
Il s’agit d’un thé noir riche en bourgeons dorés d’où la poésie du nom « magnifique sourcils dorés ». Ce thé généralement originaires de monts du Wu Yi dans le Fujian sont produits en très faible quantité. Pour 100g de thé il faudra entre 14000 et 20000 bourgeons. La récolte doit être d’une précision absolue et donc réalisée à la main. La liqueur offre des notes cacaotée, cannelle, tonca, pain d’épice et puis florale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *